[Une saison, 10 photos] été 2021 – entre randos, lacs, et montagnes

Les températures qui baissent (coucou les 5°C à peine le matin, en partant au travail), la pluie qui dure tout un week-end, les jours qui diminuent fortement et la nuit qui arrive tellement vite… Cette fois, ça y est, l’automne est bel et bien là. Il est donc temps de revenir sur ma saison d’été dans ce nouvel article de la série « Une saison, 10 photos ».

Si notre été n’a pas été des plus joyeux cette année, nous avons quand même essayé d’en tirer le maximum de positif et de nous aérer le plus possible.

Vivre au côté de la nature

Commençons par ce cliché, pris le 21 juin. A deux pas de chez nous, un couple de renards a mis au monde trois adorables renardeaux au cours du printemps. Nous les avons croisés à quelques reprises, les voyant jouer, faire la course ou monter la garde. Mais jamais je n’avais réussi à les prendre en photo. Quand je prenais mon appareil, ils restaient au chaud dans leur terrier. Et quand on les voyait dehors, je n’avais que mon téléphone, qui n’a pas assez de zoom pour permettre une photo correcte.

Jusqu’à ce premier jour d’été où nous voyons ce jeune, seul, probablement attendant sa fratrie partie apprendre à chasser. Nous avons pu l’observer de loin pendant plusieurs minutes (suffisamment loin pour qu’il nous voit mais qu’on ne représente pas un danger immédiat pour lui) et le prendre en photo. La distance et le jour tombant ne m’ont pas permis de faire des clichés d’une grande qualité, mais je les aime pour ce qu’ils représentent : la chance de vivre dans un environnement où on peut côtoyer régulièrement la faune sauvage, la voir évoluer….

renard renardeau

Des petits coins de paradis à deux pas de la maison

Quelques jours plus tard, nous découvrions ce joli sentier de balade à moins de vingt minutes de chez nous. Très simple d’accès et très joli, nous y avons même emmené mes parents lorsqu’ils sont venus nous rendre visite quinze jours plus tard.

cascades du morel

Week-end découvertes en Ubaye

Le mois de juin s’est terminé, annonçant l’arrivée toute proche des vacances d’été. Mi-juillet, j’ai donc arrêté le travail pour environ six semaines. Nous avons commencé ces vacances par un week-end chez ma belle-sœur, du côté du lac de Serre-Ponçon, avec mes beaux-parents, pour créer tout un tas de chouettes souvenirs qui resteront particulièrement précieux. Nous avons tout d’abord effectué une petite randonnée avec une vue récurrente sur ce lac magnifique.

lac de serre ponçon

Puis nous sommes allés découvrir le paddle dans ce cadre particulièrement beau où nous nous sommes éclatés (au point d’en acheter un pour pouvoir nous balader sur les plus beaux lacs de Savoie, d’ici quelques mois).

paddle

Mon incontournable

Chaque année, je me rends dans un coin que j’aime particulièrement pour une randonnée en direction du lac de la Sassière (dont je vous parlais dans cet article). 2021 n’a pas échappé à la règle et je suis montée dans la réserve avec Neyko, pour me balader pendant environ 4 heures, montant au lac du plan du cheval (sur la photo), puis redescendant vers le lac de la Sassière. Nous y avons croisé un certain nombre de marmottes et une grande variété de fleurs, ce que je n’avais encore jamais vraiment vu là bas, rendant le coin encore plus beau que d’habitude.

tour du plan du cheval

Se dépasser

Début août, mon cher et tendre m’a entraînée dans une randonnée que j’aurais pensé inaccessible pour moi si j’en avais vu les statistiques avant : 800 mètres de dénivelé pour près de 18 kilomètres de marche, je crois que je n’avais pas fait ça depuis bien longtemps (dans mes souvenirs, la dernière fois que j’avais autant grimpé date d’avant 2012 (probablement entre 2005 et 2010), année durant laquelle j’ai perdu ma première chienne, et elle était avec moi pour cette randonnée…). Nous avons donc entamé cette randonnée avec l’objectif de découvrir un magnifique lac à la fin de la montée. Et magnifique, il l’était ! D’autant plus qu’il représentait pour moi un certain dépassement de soi et une fierté d’y être arrivée (en soit, les montées étaient progressives la plupart du temps, donc pas inaccessibles, mais qu’est ce que ça m’a paru long !)

lac blanc pralognan vanoise

Besoin de s’aérer

Et puis, mi-août, la mauvaise nouvelle (que j’évoquais ici), le choc. Les deux jours qui ont suivi, ne pouvant rien faire de chez nous, nous avons éprouvé le besoin de nous aérer, de nous balader, pour ne pas tourner en rond indéfiniment dans notre appartement. Nous avons donc choisi deux balades accessibles mais que nous ne connaissions pas, assez proches de la maison, pour découvrir de nouveaux lacs (au cas où vous ne l’auriez pas encore compris, on aime tout particulièrement les lacs de montagne chez nous !). C’est ainsi que nous nous sommes baladés du côté de Courchevel dans un premier temps et sur la station des Arcs ensuite.

lacs des arcs 2000

Les réseaux sociaux nous font faire de bien belles découvertes

Puis, le retour à la maison, fin août, la reprise du travail très rapidement début septembre. J’ai découvert à cette période une jeune influenceuse « randonnées et voyages », Léadorablee, jeune femme ayant grandi et vivant toujours à Val d’Isère, au fond de notre vallée. Elle parlait régulièrement d’une balade à faire à Tignes, et ces photos m’ont tapé dans l’oeil. Il n’en a pas fallu plus pour que j’y traîne mon chéri pour découvrir la Gouille du Salin et ses cascades. Nous avons prolongé la randonnée (sur les conseils donnés par Léa sur son blog) jusqu’à Val d’Isère, en longeant le lac du Chevril et de très belles gorges et nous en avons pris plein les yeux à chaque fois !

gouille du salin
cascade du salin

L’automne fait doucement son apparition

Pour conclure l’été, nous sommes retournés du côté de la Sassière pour voir les premiers paysages d’automne apparaître. J’y étais allée en 2020 et j’avais adoré les couleurs que j’y avais vues. Nous sommes donc partis faire la même randonnée que celle que j’avais faite, seule, en juillet, et avons passé un moment agréable. Nous avons même croisé quelques chamois au loin, une hermine bien curieuse et les classiques et nombreuses marmottes.

lac du saut sassière

Malgré un coup de massue important, nous avons quand même vécu de jolies choses cet été, et je crois que c’est important de les garder en tête dans les moments durs pour nous aider à rebondir. Si je ne devais retenir qu’un moment de cette saison, je crois que ce serait le week-end en Ubaye, pour les jolies découvertes mais aussi pour ce qu’il représente pour nous à présent. Et vous, qu’est-ce que ce serait ?

Et sinon, parce que je n’ai pas pu me résoudre à ne pas publier cette photo car c’était la onzième, petit bonus avec mon adorable loulou au bord des gorges nous conduisant à Val d’Isère, lors de la randonnée à la Gouille de Salin… Parce qu’on n’en a jamais assez de voir la jolie bouille de Neyko, n’est-ce pas ?

3 réflexions sur “[Une saison, 10 photos] été 2021 – entre randos, lacs, et montagnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s