Journal d’un confiné

Salut les copains, c’est Neyko !

Ça commençait à faire un petit moment que je n’avais pas emprunté l’ordinateur de maman pour vous raconter mes (més)aventures.

A lire : Un chien à la mer / Un chien en Corse

Il y a un truc bizarre dans l’air…

Mais en ce moment, j’ai l’impression qu’il se passe certaines choses bizarres, alors je me suis dit que j’allais vous les raconter, pour avoir votre avis.

Depuis un peu plus de trois semaines, j’ai mes deux parents à la maison 24 heures sur 24. 7 jours sur 7. Ça arrive de temps en temps, mais ça ne dure jamais aussi longtemps.

Et puis d’habitude, quand ils sont tous les deux là pendant plusieurs jours, on va faire de grandes balades de temps en temps, on va en montagne… Là, rien ! Une petite balade le matin, une balade à midi et une le soir, presque toujours la même, autour du pâté de maison. A chaque fois en plus, ils écrivent un truc sur un papier ou sur leur téléphone, et je suis obligé d’attendre pour mettre mon harnais et enfin sortir.

journal d'un confiné (11)

Ces grandes balades me manquent…

Et une fois que je suis enfin dehors, c’est toujours en laisse (à part cinq minutes dans un petit chemin le matin, et un peu plus longtemps si j’écoute bien… Mais en ce moment, il y a plein de filles en chaleur dans les parages et je ne suis pas très attentif alors Maman m’attache pour ne pas que je m’échappe ou que je me fasse renverser par une voiture). En effet, on ne se balade plus qu’en ville, et d’après mes parents, ce serait trop dangereux de me balader en liberté. Du coup, je ne peux pas beaucoup courir, je ne croise quasiment aucun copain ou seulement de loin. Ça me manque un peu de ne pas plus me dégourdir les pattes et jouer avec d’autres poilus.

journal d'un confiné (10)

« Neyko, au pied ! gnagnagna » et je cours quand, moi ?

Et pour couronner le tout, on ne va plus chez mes grands-parents… Mes papys et mamies ont un jardin, j’y retrouve des copains. Bref, j’aime beaucoup y aller. Je peux jouer, prendre l’air quand je veux, bronzer dans l’herbe… Mais là, ça commence à faire longtemps que je ne les ai pas vus. Et ça me manque aussi.

journal d'un confiné (1)

Et puis quand Maman s’ennuie, elle fait de drôles de choses….

Je ne comprends pas trop pourquoi toutes ces choses ont changé, et je ne sais pas combien de temps ça va durer. Maman me dit que c’est à cause d’un vilain virus qui touche les bipèdes et qu’il faut éviter de sortir pour ne pas qu’il se propage. Ce qui n’est pas cool, c’est que moi je ne crains rien, donc je pourrais aller me balader autant que je voudrais… Mais bon, il faut bien être solidaire de ses humains de temps en temps !

Mais ça a aussi du positif !

Et puis, il faut quand même reconnaître qu’il y a quand même des choses sympas qui se passent pendant cette période. Déjà, j’ai mes parents avec moi toute la journée. Ce qui veut dire câlins à volonté, donc quand j’en ai envie, hop, je vais voir mon papa ou ma maman et je lui montre où je veux des grattouilles.

Je continue à dormir une bonne partie de la journée, j’ai juste un peu moins de place sur le lit… (mais je ne me gène pas pour autant pour ne pas m’étaler, non mais !)

Et puis quand mes parents sont là et qu’il fait beau, ils ouvrent la porte-fenêtre. Je peux alors prendre l’air et en appuyant mon museau sur la rambarde, je peux m’adonner à mon occupation favorite : jouer à la commère du quartier. J’observe tout ce qu’il se passe dans le quartier, si des copains jouent sans moi…. Et surtout, je peux sentir si une copine est dans les parages et si j’ai des chances d’avoir ses faveurs si je venais à la rencontrer. Je peux vous dire qu’il y en a plusieurs, mais je n’ai encore jamais pu les voir de près…

journal d'un confiné (6)

Copine, où es-tu ? (et Maman, faudrait songer à faire tes vitres aussi… tu es confinée, profites-en!)

Et enfin, dernier avantage de cette période : plus de réveils qui me font sursauter trop tôt le matin. D’abord celui de papa… ensuite celui de maman… c’est trop dur ! Et là, plus rien. C’est même moi qui ai tendance à jouer les réveils maintenant…

 

Alors c’est vrai qu’il se passe des choses bizarres en ce moment, mais finalement, ça n’a pas que des inconvénients, vous ne trouvez pas ?

4 réflexions sur “Journal d’un confiné

  1. Aipaminomdas dit :

    Bonjour Neyko,

    Tu as raison, il se passe des choses inhabituelles en ce moment, pas seulement chez toi, mais chez moi aussi. Impossible de faire les promenades comme avant, impossible de rencontrer les copain, impossible d’aller au restaurant … On ne peut plus du tout faire ce qu’on veut. Les règles sont plus strictes. Et il faut les appliquer. Il est possible que ça dure encore quelques temps. Parce que les gens qui décident ne savent rien de ce maudait vilain virus qu’on ne voit même pas et qui fait de grosses misères à beaucoup d’humains. Alors ils essaient de trouver des solutions. Mais tu as quand même la chance de te promener 3 fois par jours; de te lever quand tu as fini de dormir, d’avoir des gratouilles chaque fois que tu as envie … c’est quand même important; Et il faut faire avec tant qu’on est obligé de faire comme ça. Allez, un peu de patience, ça finira bien un jour. Bon week-end à toi.

    Le jeu. 9 avr. 2020 à 11:11, Amande honorable a écrit :

    > Amande Honorable posted: « Salut les copains, c’est Neyko ! Ça commençait à > faire un petit moment que je n’avais pas emprunté l’ordinateur de maman > pour vous raconter mes (més)aventures. A lire : Un chien à la mer / Un > chien en Corse Il y a un truc bizarre dans l’air… Mais en ce » >

    J'aime

    • Amande Honorable dit :

      Bonjour Michel, j’ai lu ton commentaire à Neyko, il m’a demandé de te répondre à sa place (il est un peu occupé avec une de ses peluches actuellement… 🙄). Il te remercie d’avoir pris le temps de réagir à son article. Il a conscience d’avoir de la chance d’avoir ses parents à domicile et de pouvoir sortir trois fois (les copains sortent beaucoup plus aussi en ce moment bizarrement…. leurs parents en profitent pour prendre l’air alors que d’habitude le poilu se contente du jardin…) alors que beaucoup de bipèdes sont enfermés à la maison. Il redoute un peu le moment où ses parents devront retourner au travail donc il n’est pas particulièrement pressé que tout cela se termine (contrairement à ses parents qui aimeraient pouvoir investir leurs nouveaux appartements !).
      A très bientôt.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s