Mes cinq petits bonheurs du quotidien

Dans la vie, on a souvent tendance à se focaliser sur les moments un peu désagréables que nous pouvons être amenés à vivre. Pourtant, même dans les périodes les plus sombres, on peut trouver des petits moments de lumière, des petites choses qui éclaircissent notre quotidien et nous apportent un peu de bonheur.

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous lister cinq de mes petits bonheurs du quotidien.

Les câlins de Neyko

Avant d’être baptisé de ce petit nom que certains trouvent parfois bien étranges (pour ne pas dire moche aux yeux de certains, mais on s’en fiche puisque nous, on l’aime beaucoup), Neyko avait pour petit surnom Câlinou. C’est dire si son tempérament affectueux était déjà présent dès ses premières semaines. Ce tempérament s’est très vite confirmé lorsqu’il nous a rejoint, à quatre mois et demi.petits bonheurs du quotidien (3)

A l’heure actuelle, ses petits moments câlins sont un petit bout de bonheur dans mon quotidien. Quand, au réveil, il vient réclamer son moment de grattouilles pour bien commencer la journée… Quand, après une longue journée de travail, il ne me lâche plus et reste collé à moi, comme pour rattraper le temps perdu pendant mes quelques heures d’absence…. Quand il s’endort en faisant en sorte d’être toujours au contact de mon corps… Toutes ses petites preuves de son amour me donne à chaque fois un peu plus le sourire !

Les gestes tendres de l’amoureux

J’ai choisi un homme pas très câlin (l’extrême opposé de son chien en somme !). Les câlins et bisous, ce n’est pas trop son truc. Alors quand de lui-même il vient me prendre dans ses bras sans que je n’ai à le réclamer, je ne boude pas mon plaisir et je profite du moment présent, de ce petit bonheur du quotidien, au moment où il se présente à moi.petits bonheurs du quotidien (1)

Image de StockSnap sur Pixabay

Le contact des chevaux

D’autant que je me souvienne, j’ai toujours été passionnée par les chevaux. Faute de moyens, mes parents n’ont jamais pu m’inscrire en centre équestre, j’ai donc eu pendant très longtemps un contact limité avec eux. Puis, à vingt-cinq ans, alors que je gagnais enfin ma vie correctement, j’ai sauté le pas et je me suis rendue dans un petit club où, semaine après semaine, j’apprenais à monter.

Mais plus que la pratique équestre, ce qui me plaisait réellement dans ces moments au club, c’était de passer du temps avec les chevaux, de pouvoir m’occuper d’eux. Ces instants m’étaient précieux car ils m’aidaient à oublier tous ces petits soucis qui encombraient mon esprit. Près de chevaux, je ne pensais à rien d’autre qu’au bien-être que me procuraient leur présence.petits bonheurs du quotidien (5)

J’ai depuis arrêté. Pas par choix, plutôt par absence de structure assez respectueuse des animaux près de chez moi, les seules me convenant n’ayant pas de créneaux disponibles en accord avec mon emploi du temps. Mon contact avec les chevaux est donc de nouveau limité. Je savoure d’autant plus tous les petits moments qui me sont offerts avec eux, comme ces quelques balades que j’ai pu faire avec une chouette monitrice des environs, ou cet après-midi passé avec une amie dans le pré de sa jument, à la brosser et lui faire les grattouilles qu’elle préfère. Autant de petits bonheurs devenus bien trop rares, mais tellement précieux !

Rencontrer un animal sauvage dans son milieu naturel

J’ai toujours aimé croisé des animaux sauvages. Avant d’arriver en Savoie, cela arrivait de temps en temps en voiture, au détour d’une route, et encore plus rarement au cours d’une randonnée où j’ai pu croiser parfois quelques marmottes, chamois et bouquetins. Depuis que je suis ici, je fais plus de randonnées, les rencontres avec les marmottes sont donc plus fréquentes. On croise aussi régulièrement des chamois en bordure de nationale, de temps en temps un cerf qui attend pour traverser la route….

petits bonheurs du quotidien (6)

Et depuis que nous avons emménagé dans notre appartement, nous sommes en pleine campagne. Et nous avons ainsi régulièrement l’occasion de croiser des animaux sauvages. Du lapin au chevreuil, en passant par les renardeaux nés à deux pas et les sangliers et marcassins vus en bordure de sentier, chaque rencontre est pour moi un moment de plaisir. Avoir la chance d’observer la nature et ses habitants aussi régulièrement est incontestablement un de mes petits bonheurs du quotidien !

Marcher

Et surtout marcher dans la nature. Le chant des oiseaux, les odeurs des champs, les paysages envoutants…

Depuis qu’on a Neyko, c’est beaucoup plus facile de se motiver à sortir. Il faut dire qu’il ne nous laisse pas vraiment le choix, c’est trois fois par jour, minimum ! (sauf à l’heure où j’écris ces lignes, il ne se fait pas prier pour rester au chaud et au sec afin de ne pas sortir sous l’orage…).

petits bonheurs du quotidien (4)

Là aussi c’est une activité qui aide à se vider la tête tout en profitant des bienfaits de la nature. Bonne pour le physique, mais aussi bonne pour le moral.

Vous connaissez à présent cinq de mes petits bonheurs du quotidien. Quels sont les vôtres ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s