humeurs - aimer noël

[Mes humeurs] Noël et moi : mon rapport à cette fête.

Ce mois-ci, comme en novembre, je participe au rendez-vous des blogueurs organisé par la Rubrique de Tout et de rien. Chaque mois, trois thèmes nous sont proposés par Mathieu et nous devons rédiger un article sur l’un d’entre eux.

Parmi les thèmes proposés en décembre, il y a celui plus qu’évident traitant de Noël, avec quelques questions posées pour éventuellement nous donner un axe d’écriture. J’en ai retenu deux, liées : Noël, on aime ? On n’aime pas ? J’avais justement réfléchi à l’idée d’écrire sur mon rapport à Noël, alors ces questions arrivent à point nommé.

Lorsque j’étais enfant, on fêtait Noël en grand comité, avec les grands-parents, les oncles et tantes du côté maternel le 24 décembre, puis ceux du côté paternel le 25. J’appréciais beaucoup cette ambiance familiale. Mais peu à peu, ces grandes fêtes se sont arrêtées, le nombre de personnes à table s’est réduit.

Image by Mariya 💚 STAY SAFE ☘️ TAKE CARE OF EACH OTHER 🌍 from Pixabay

Et en grandissant, j’ai réalisé que l’hypocrisie avait souvent régné autour de cette table, notamment du côté de mon père. En effet, avec le recul, je me dis qu’on faisait ces grandes réunions de famille pour donner la sensation qu’on était tous uni, alors que les discours dans notre dos montraient que ce n’était pas le cas. Peu à peu des langues se sont déliées, des révélations ont été faites et avec elles, des tensions se sont réveillées.

Quinze ans plus tard, je ne veux plus de Noël comme ceux-là. Ces Noëls en famille élargie, mais hypocrites, ce n’est pas ça que j’aime dans cette fête, c’est peut-être même ce qui a fait que j’ai perdu l’attrait que je trouvais dans cette période.

A cela, s’ajoute le fait que les magasins commencent à développer leurs rayons de Noël de plus en plus tôt. Quand j’étais ado, les premiers rayons arrivaient fin novembre, voire début décembre. On se retrouvait en pleine magie, dans une ambiance féérique pour le dernier mois de l’année. Désormais, cette féérie arrivent deux mois plus tôt, et j’ai l’impression qu’au final, elle se perd à mesure qu’on approche du 25 décembre.

Image by Free-Photos from Pixabay

Avec le temps, je me suis donc mise à aimer de moins en moins Noël. Mais depuis quelques années, j’essaie d’y retrouver un peu de plaisir. Cela passe notamment par la confection de quelques éléments de décoration qui m’aide à me mettre dans l’ambiance. Mais aussi par le fait d’éviter les rayons de Noël trop tôt pour ne pas me lasser trop vite et mieux profiter de ces moments particuliers.

A voir : Une couronne pour NoëlJe recycle des objets pour faire ma déco de Noël

Cela passe aussi par le fait de fêter Noël d’une façon qui me ressemble plus, en petit comité (ce qui tombe bien cette année…), avec ma famille proche, à savoir mes parents, frères, belles-sœurs et nièces d’une part ou avec ma belle-famille d’autre part (cette année, ce sera la première fois que je passe les fêtes avec mes beaux-parents et pas avec mes parents, je dois avouer que ça me fait un peu bizarre…). En effet, désormais je n’ai plus envie de l’hypocrisie dont je parlais plus haut, je n’ai plus envie de retrouver des personnes que je ne vois pas le reste de l’année, juste pour avoir la sensation d’avoir grandi dans une famille unie alors que je sais maintenant que ce n’est pas le cas. Je veux quelque chose qui me ressemble plus. Quelque chose de plus vrai, plus sincère.

Et petit à petit, je reprends goût à cette fête. J’essaie de refaire naître progressivement un peu de la féérie de Noël là où elle avait disparu, de mettre en place de petites traditions… Je viens d’une famille qui n’est pas très portée sur cette fête. On restait assez basique quand il s’agissait de Noël : un sapin à décorer, un tour de la ville pour en voir les illuminations, un bon repas et quelques cadeaux. On ne faisait pas grand chose de plus. A l’avenir, j’aimerai développer un peu plus la magie de Noël dans mon foyer, d’autant plus lorsque je serai maman. Voir cette magie naître dans les yeux de mon enfant finirait, je pense, de me réconcilier avec cette si jolie période.

Image by Jill Wellington from Pixabay

Et vous, dans quel état d’esprit êtes-vous vis à vis de Noël ? Aimez-vous cette période ?

5 réflexions sur “[Mes humeurs] Noël et moi : mon rapport à cette fête.

  1. Angélique dit :

    Hello. J’ai fait le même bilan que toi il y a quelques années. Puis, quand mes filles étaient petites, ce fût des Noël simples en petits comités.
    Il semble que je leur ai donné cette magie puisque fille aînée adore ce moment (27 ans). Ça fait quelques années que nous sommes trop éloignées géographiquement pour nous voir, ce qui m’arrange en réalité car ce n’est pas une fête pour moi.
    Je vis au rythme de la nature avec les solistes et les équinoxes.
    Je te souhaite une excellente journée.

    J'aime

  2. Lénou dit :

    Je te comprends, les fêtes de famille sont souvent un moment délicat où se retrouve autour d’une même table des personnes si différentes… C’est parfois compliqué à gérer ! Moi je me concentre sur le bon repas qui m’attend 😄😁😁

    J'aime

    • Amande Honorable dit :

      Exactement. C’est pour ça que j’ai choisi de ne plus avoir droit à ces grandes réunions uniquement là pour le paraître dans le cas d’un côté de ma famille. Car de l’autre, ça ne nous dérange pas de nous retrouver sur une « grande » réunion entre tous les cousins et cousines, sans forcer ceux qui n’ont pas envie d’être là, car on sait que tous les présents sont contents d’être là ! Et effectivement, le bon repas est un bon argument 😀

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s