[MES HUMEURS] Mon travail ne me passionne pas… Et ce n’est pas grave !

Si vous me lisez depuis quelques temps, vous savez que mon parcours étudiant et mes débuts professionnels n’ont pas été un long fleuve tranquille.

A lire : Mon parcours étudiant et mes débuts professionnels.

Le métier de mes rêves d’enfant était vétérinaire. Passionnée d’animaux, je rêvais de pouvoir passer mes journées à travailler à leurs côtés. Mais force est de constater avec le recul que je n’avais pas le niveau pour réussir ce concours et qu’émotionnellement, certains moments auraient été beaucoup trop durs à gérer pour moi !

Après mon échec au concours et les différents virages pris pour trouver mon chemin professionnel, me voici aujourd’hui technicienne de recherche et de formation dans un lycée. C’est le titre officiel, un peu pompeux. On me connaît plus au sein de l’établissement comme l’aide labo des profs, ou encore la dame du labo. Comprenez celle qui installe le matériel avant chaque travaux pratiques et à qui on vient demander un bécher ou une éprouvette lorsque le prof a oublié de le noter dans sa liste.

On est très éloigné d’un boulot à temps plein aux côtés des animaux, et il y a plein de choses qui font que mon travail ne me passionne pas plus que ça.

Ces choses que je n’aime pas dans mon travail

1- Ces périodes bien trop calmes

Je travaille dans un petit établissement scolaire, ce qui fait que les TP ne sont pas très nombreux. Je peux donc avoir de grosses périodes calmes. Si certains frôlent le burn out car ils sont débordés, je suis parfois plutôt proche du bore out… En effet, ce sont des périodes où je m’ennuie et où je ne me sens pas utile, ça peut être terriblement long, d’autant plus que je suis seule dans mon labo.

Et a contrario, il y a des périodes où tous les gros TP vont tomber en même temps et où je vais vite être débordée.

Ainsi, sur une journée, je peux avoir plusieurs TP à installer avant 8h, presque rien à faire de toute la journée, et trois salles à débarrasser à 17h. Autant dire que je dois parfois courir en début et en fin de journée. Mais voyons le positif, j’ai toute la journée pour m’en remettre…

2- Perdre du temps pour rien.

Préparer un TP peut prendre du temps, notamment lorsqu’il s’agit d’un TP de chimie, avec beaucoup de verrerie à sortir et de solutions à préparer. Mais parfois, un professeur peut avoir besoin de finir un cours avant de commencer le TP, et parfois, il prend plus de temps que prévu pour cela et n’utilise donc pas le matériel prévu initialement. Y avoir passé parfois plus d’une heure, et ranger ce qu’on a sorti pour rien peut être sacrément rageant…

3- Les vacances imposées

En soi, les vacances sont un avantage non négligeable de ce travail (j’y reviendrai par la suite). Mais le côté négatif des vacances scolaires, c’est que nos dates nous sont imposées et on se retrouve donc obligés de partir en même temps que tout le monde (et donc au moment où les prix sont les plus élevés alors que nous n’avons pas encore d’enfants).

Mais le plus contraignant dans tout cela, c’est que mon conjoint ne peux poser quasiment aucun jour pendant mes vacances. Il n’a pas de possibilité de prendre des congés pendant la saison d’hiver (adieu vacances de Noël, février et avril…) et que très occasionnellement l’été (cette année a en effet été une exception). Il ne nous reste en commun que les vacances de la Toussaint (pas forcément le meilleur moment pour partir, la météo est plutôt incertaine à cette période).

4- Le manque d’évolution possible

Dans mon fond de vallée, les postes comme le mien sont rares. Et si on veut évoluer dans notre poste, il est conseillé de travailler en université. Les plus proches sont à 1h30 de mon domicile. Autant dire que ce n’est pas tout de suite que je pourrais évoluer !

Ces choses qui font que mon travail reste sympa et que je ne le lâcherai pas tout de suite

Certes, mon travail présente certains inconvénients et est loin d’être un boulot passion. Mais il a quand même des côtés positifs.

1- La bonne ambiance présente

Le fait d’évoluer dans une petite structure me donne l’impression d’être dans une petite famille. Les professeurs sont sympathiques, on a une bonne ambiance au sein du labo. Mes collègues semblent être satisfaits de mon travail (il faut dire qu’avant mon arrivée, ils n’avaient pas eu une personne fixe à ce poste depuis plusieurs années et devaient donc former un nouvel « aide labo » chaque année) et ne sont pas exigeants ou insupportables (ce qui peut parfois être le cas dans certains établissements).

Ce sentiment ne fait que se confirmer depuis l’arrivée d’une nouvelle personne au laboratoire du collège de notre cité scolaire qui me raconte l’ambiance régnant dans son ancien établissement. Quand je l’écoute, je suis bien contente de ne pas avoir connu ce genre de lycée !

2- Mon autonomie et mon indépendance

Mes professeurs me laissent le champ libre quant à mon organisation. Tout ce qu’ils demandent, c’est que les TP soient prêts en temps voulu. Je suis donc seule à gérer mon emploi du temps comme je le souhaite.

Par ailleurs, mon seul supérieur hiérarchique est le chef d’établissement. Par chance, celui qui est à la tête de mon lycée depuis mon arrivée est une personne bienveillante, à l’écoute… Ainsi, il ne contrôle rien de mon travail et me fait totalement confiance du moment que les professeurs ne se plaignent pas de mon travail.

3 – Etre seule dans mon laboratoire

Si la solitude est parfois pesante (quand en fin d’année scolaire profs et élèves ont déserté le lycée et que je n’ai quasiment rien à faire et personne à voir pendant quelques semaines par exemple), je suis quand même bien contente d’être seule dans mon laboratoire et de ne pas avoir à travailler réellement en équipe.

En effet, dans les équipes travaillant dans notre cité scolaire, j’ai parfois l’impression qu‘il règne une ambiance cour de récréation (à croire que ces personnes n’ont jamais quitté le collège), à se tirer dans les pattes pour un oui ou pour un non. En étant seul membre de mon équipe, je suis sûre de n’avoir jamais ce genre de problèmes !

4- Les vacances

Bien qu’un peu contraignantes du fait des dates imposées, il faut reconnaître que c’est un véritable luxe de disposer d’autant de semaines de congés (même si pour cela, je dois travailler plus sur mes semaines de présence au lycée).

Sans compter que si je deviens maman un jour, je n’aurais pas de soucis de garde pendant ces vacances et j’aurais la chance de rester aux côtés de mon enfant pendant de longues semaines pour le voir grandir. Je sais que c’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde.

5- Mon statut de fonctionnaire

Dans une société où trouver du travail et le conserver n’est pas toujours chose facile, j’ai la chance d’avoir le statut de fonctionnaire, qui m’offre une sécurité de l’emploi non négligeable.

Par ailleurs, il m’a permis de ne pas avoir de problèmes pour trouver à me loger, les propriétaires étant généralement rassurés par le fait que leur locataire ait un travail assuré sur le long terme. De même, au moment de la demande de notre crédit immobilier, ce statut était un réel avantage auprès des banques.

6- Certaines des tâches qui me sont confiées

Si nettoyer la verrerie me donnerait presque des boutons, j’aime avoir à préparer des solutions diverses et variées (rappel de mes années de fac), mettre en place des germinations et les voir pousser… Il y a quand même des choses sympas à faire dans ce travail.

Alors oui, mon boulot ne me passionne pas réellement, mais je n’ai pas réussi à trouver comment travailler de mes passions. J’ai donc choisi un travail plutôt alimentaire (mais qui me plait par certains de ses aspects), qui me laisserait du temps pour me consacrer à ce que j’aime à côté. Avec des journées de plus de 10 heures, je n’ai guère de temps le soir à accorder à ce qui me passionne mais il me reste trois journées complètes pour cela.

Certes je ne m’éclate pas toujours à mon travail, j’ai des journées parfois un peu longues et ennuyeuses, mais il faut aussi savoir trouver le positif dans toute chose et il faut reconnaître que malgré tout, ce boulot en regroupe pas mal !

Est-ce que vous vous plaisez, vous, dans votre travail ? Que faites-vous dans la vie ?

3 réflexions sur “[MES HUMEURS] Mon travail ne me passionne pas… Et ce n’est pas grave !

  1. helloootoday dit :

    Hellooo, je suis pareille que toi, j’ai un taf qui me plaît mais sans plus, ce n’est clairement pas une passion, plutôt un boulot alimentaire mais ça me va. Ma deuxième journée commence quand je rentre à la maison et je peux m’atteler à des choses qui me plaisent vraiment. Au boulot, je suis autonome et on n’est pas sur mon dos donc les journées sont plutôt cools.
    Je ne savais pas que ton poste existait. A mon époque (j’étais au lycée en 1998) les professeurs n’avaient pas de personnes qui se chargeaient d’un labo… on n’avait d’ailleurs pas de labo. Tout était à disposition dans une salle et on se servait 🙂 Plutôt cool comme boulot je trouve !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s