borgaro medievale turin

Je vous emmène avec moi… en week-end à Turin (jour 2 : le parco del Valentino)

Jeudi, je vous racontais notre première journée à Turin avec la visite du centre historique.

A lire : Je vous emmène avec moi… en wek-end à Turin (jour 1)

Aujourd’hui, on se dirige plus au sud de la ville.

Après un réveil assez matinal (7h pour un dimanche matin, c’est dur…), et un petit déjeuner copieux au restaurant de notre hôtel, nous prenons la voiture, traversons une partie de la ville, et nous trouvons un parking sur le Corso Spezia (Parking Bacigalupo, 0,50€/h le dimanche).

visite turin week end bord du pô

Le pont Isabella

Nous nous dirigeons alors vers l’est, toujours sur le Corso Spezia, jusqu’à atteindre la rive droite du Pô. Sur celle-ci, une voie verte longe le fleuve. De nombreux Turinois ont l’air de s’y être donné rendez-vous pour un footing ou un peu de vélo avec les enfants. On remonte alors la piste cyclable une vingtaine de minutes avant d’atteindre le sud du parco del Valentino.visite turin week end bord du pô

Le Parco del Valentino

La première chose qui nous attire l’œil, c’est une immense fontaine, la fontaine des douze mois. Douze statues, représentant chacun un mois, entourent le plan d’eau au fond duquel d’autres somptueuses sculptures se trouvent. Au cours de mes quelques recherches pour préparer le week-end, je n’avais pas entendu parler de cette fontaine, et la découvrir a été une agréable surprise.fontaine 12 moisfontaine 12 moisfontaine douze mois turin parco del valentino

fontaine douze mois turin parco del valentino

Les 12 statues représentant chacune un mois de l’année

Nous poursuivons notre visite du parc jusqu’à atteindre le Bourg médiéval. Nous le longeons, rencontrons au passage de nombreux écureuils pas vraiment farouches.turin parco del valentino bourg médiévalparco del valentino turin borgaro medievaleturin parco del valentino

Après une pause dans un kiosque pour manger un panini pour le déjeuner, nous poursuivons notre chemin jusqu’au Castello del Valentino.castello del valentino turin week end

Notre idée première était de traverser l’intégralité du parc, de prendre le pont Vittorio Emmanuele I et de monter jusqu’à la basilique Santa Maria del Monte pour bénéficier d’une vue globale sur la ville. Mais l’heure tourne, nous souhaitons passer le col du Petit Saint Bernard qui nous ramènera en France avant la nuit, et nous avons prévu de visiter le bourg médiéval que nous avons croisé en redescendant à la voiture. Nous faisons donc demi-tour.

Le Borgaro Medievale est une cité pleine de charme, quasiment toute en briques rouges. Mais comme son nom ne l’indique pas, elle a été conçue au XIXème siècle, dans le cadre de l’Exposition générale italienne et n’a pas été détruite par la suite. De nombreux détails se cachent ici et là, il faut avoir l’œil de partout pour tous les repérer. Il s’agit de la deuxième bonne surprise du jour.borgaro medievale turin

borgaro medievale turin

Détail d’un plafond dans le bourg

borgaro medievale turin

borgaro medievale turin

Une fontaine qui, de loin, ressemble à un arbre. Quand on se rapproche, de petits détails apparaissent.

Enfin, nous redescendons vers le parking pour reprendre la route.

Au retour, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous arrêter au sommet du col où une faune étrange nous attend.

petit st bernard

Sculptures sur bois au sommet du col du Petit Saint Bernard

Il est enfin l’heure de rentrer à la maison, après un week-end agréable mais fatigant, la vie dans une grande ville n’est décidément pas faite pour nous.

Bilan du week-end 

Nous avons nettement préféré cette deuxième journée, plus proche de la nature (j’aime voir de beaux monuments, mais je ne suis pas à l’aise trop longtemps dans ces grandes villes). Le bourg médiéval et la fontaine sont à voir. Nous aurions aimé avoir le temps de découvrir plus encore cette partie là de la ville (il y a apparemment un bel arc de triomphe que nous n’avons pas pu voir, il faut dire que j’ai découvert son existence en écrivant cet article) mais nous étions limités en temps.

Le centre historique vaut le coup d’œil, mais il faut prendre plus le temps que ce que nous avons fait pour bien comprendre l’histoire de chaque monument et de la ville en général.

Au final, nous sommes restés à peine plus de 24 heures dans les environs de Turin, ce qui est juste pour pouvoir en voir beaucoup plus.

Je retiens aussi que nous avons eu un peu de mal du fait de la barrière de la langue. On nous avait dit : « tu verras, à Turin, tout le monde parle français », et ce n’était pas vraiment le cas (les différents serveurs auxquels nous avons eu à faire ne le parlaient pas par exemple). On s’est débrouillé avec un anglais très approximatif cependant.

Et Neyko dans tout ça ?

visiter turin avec un chien consignes infosMon gros questionnement lors de la préparation de ce week-end reposait sur les consignes à respecter lorsqu’on fait passer la frontière italienne à un chien. Je me suis donc beaucoup renseignée avant notre départ.

La première des consignes se réfère à l’obligation du vaccin anti-rabique. Le chien doit être vacciné contre la rage au plus tard 21 jours avant le départ. C’est un vaccin que l’on fait chaque année à Neyko pour être sûrs de ne pas avoir de soucis si on venait à traverser la frontière sans l’avoir suffisamment anticipé (nous sommes à une vingtaine de kilomètres de la frontière italienne à vol d’oiseau).

Ensuite, j’avais lu qu’il fallait absolument tenir son chien en laisse et lui mettre une muselière. Si il avait la laisse dès qu’on mettait un pied à l’extérieur (plus pour éviter de le perdre dans un environnement urbain inconnu que par obligation), la muselière est restée au fond de mon sac tous le week-end. Nous n’avons eu aucun contrôle, aucune remarque (nous avons pourtant croisé plusieurs carabinieri). Il faut dire que pour les petits chiens, il y a apparemment plus de tolérance (quoi qu’on a croisé de nombreux chiens plus gros et non muselés)neyko

Mon autre crainte était qu’il ne soit pas accepté dans certains lieux où nous irions. Si sa présence était LE critère principal concernant notre choix d’hôtel, nous n’avions pas pu anticipé pour ce qui est des restaurants où nous aurions pu aller et nous étions un peu dans l’inconnu. Nous n’avons mangé qu’une fois au restaurant, nous pensions rester en terrasse pour ne pas imposer Neyko à l’intérieur, mais le personnel l’a accepté sans difficulté au sein de la salle.

Une fois sur place, on avait envisagé de laisser notre chien à l’hôtel durant la première demi-journée, sachant qu’il ne serait pas forcément à l’aise en plein centre-ville, ainsi que le soir pendant notre dîner. Mais se retrouver dans cet environnement inconnu le stressait. On n’imaginait donc pas de le laisser seul aussi longtemps et il nous a accompagné durant tout le séjour (sauf, bien sûr, pendant notre session détente au spa de l’hôtel)..

En ville, tous les propriétaires de chien les tenaient en laisse. On a également constaté que rares étaient ceux qui laissaient leur animal approcher de Neyko qui n’a donc eu que peu de contacts canins malgré les nombreux copains croisés ici et là.un chien à turin

Une dernière chose si vous souhaitez visiter la ville avec votre chien, prévoyez un rouleau de sacs à crottes. Nous n’avons vu absolument aucun distributeur, et il est pour moi impensable de laisser des excréments sur un trottoir ou dans un parc où des enfants jouent. Il est important d’anticiper dans ce cas-là.

 

Avez-vous déjà visité Turin ? Quel endroit avez-vous préféré ?

2 réflexions sur “Je vous emmène avec moi… en week-end à Turin (jour 2 : le parco del Valentino)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s