10 choses sur moi

Il y a déjà quelques mois, je vous racontais 10 faits sur mon adorable loulou. De quoi vous permettre de le connaître un peu mieux.

A lire : 10 choses sur Neyko

Mais je me suis dit que vous aviez peut-être envie de me connaître un peu plus, j’ai donc choisi de vous raconter 10 choses sur moi.

A lire : Mon portrait chinois

visiter Saint Raphaël - côté ville (8)

Fait n°1 : Je suis déjà dans la trentaine

Je suis née en 1988, j’ai donc eu 30 ans en décembre dernier (et je dois avouer que ça m’a mis un petit coup au moral, même si j’ai trouvé le cap des 25 ans plus difficile à passer… Et vous, c’est pour passer quelque cap que vous avez eu plus de mal ?)

Fait n°2 : J’ai appris à lire toute seule

Pendant ma dernière année de maternelle, j’ai appris à lire… Ne me demandez pas comment, je suis bien incapable de vous l’expliquer. Et quand je pose la question à ma mère, elle me répond qu’elle me lisait des histoires et que ça m’est venu plus ou moins comme ça. La seule chose dont je me souviens, c’est qu’une autre élève de la classe savait lire (sa mère le lui avait appris…), que la maîtresse la faisait intervenir régulièrement, et que, un peu jalouse, j’ai eu envie de faire comme elle. Et quelques temps plus tard, j’étais capable de lire toute seule (et visiblement de manière plus fluide que ma camarade d’après ma maman terriblement objective sur le sujet ! 🤣).

spitz japonais sentier du littoral saint-raphaël

Fait n°3 : Je suis restée moins de 8 jours au CP

Conséquence directe du fait n°2, en fin de grande section, on a proposé à mes parents de me faire sauter une classe et de me mettre directement en CE1. Mais mon père et ma mère ont eu peur que le changement soit trop important d’un coup (d’autant qu’étant de la fin de l’année, j’avais quasiment 2 ans d’écart avec certains élèves entrant au CE1 la même année). Ils ont ainsi préféré attendre de voir comment ça se passait pour moi dans cette nouvelle école. Huit jours plus tard, la maîtresse de CP a estimé que je m’ennuyais trop dans sa classe et en accord avec mes parents, elle m’a envoyé dans le niveau supérieur.

Fait n°4 : Je suis plus à l’aise avec les animaux qu’avec les gens

Ils sont ma première passion. Être à leur contact m’aide à me sentir bien. Les animaux ne jugent pas, ils n’attendent rien en retour et donne leur amour et leur patience gratuitement. Ce qui fait que je me sens mieux à leurs côtés qu’avec de nombreuses personnes.

Mes autres passions sont l’équitation, la photo et la nature.

monter à cheval plus régulièrement : objectif 2019

Fait n°5 : J’ai longtemps voulu devenir vétérinaire

A lire : Mon parcours étudiant et mes débuts professionnels

Du fait de cet amour pour les animaux, j’ai longtemps voulu être vétérinaire. J’ai même intégré une classe préparatoire aux écoles vétérinaires, mais ça a été un « échec ». Avec le recul, je sais que ce métier n’était pas fait pour moi, je suis beaucoup trop sensible et pas assez endurcie pour le faire. Je n’ai donc pas de regret concernant cette « non réussite » au concours d’entrée aux écoles vétérinaires. Je regrette en revanche parfois de ne pas travailler au contact des animaux. Mais mon job actuel m’offre une certaine qualité de vie. J’ai donc pris le parti de ne pas vivre de ma passion mais d’avoir suffisamment de temps pour la vivre pleinement.

Fait n°6 : Un tempérament effacé

Je suis une personne très réservée. Du fait que je ne sois pas toujours à l’aise avec les humains, j’ai tendance à assez peu parler avec les gens que je ne connais pas (alors que je peux être une vraie pipelette avec mes proches !)

randonnée au lac de saint guérin 73

Fait n°7 : J’ai bien quelques qualités…

Ce n’est jamais facile de faire la liste de ses qualités, surtout quand on manque cruellement de confiance en soi. Pour ma part, j’aurais tendance à dire que je suis une personne gentille (trop peut-être parfois), à l’écoute, bienveillante, qui essaie de ne blesser personne.

J’ai tendance à être pessimiste (histoire de ne pas être déçue si ce que j’attends n’arrive pas), mais quand une tuile me tombe sur le coin de la tête, j’arrive presque toujours à voir le côté positif de ce qui m’arrive, ce qui fait que je réussis toujours à me relever après un coup dur.

Fait n°8 :… mais j’ai aussi pas mal de défauts.

Le moins gênant de tous (quoi que…) est certainement ma gourmandise. J’ai parfois beaucoup de mal à me retenir face à une part de gâteau ou un bon burger avec ses frites maison.

Celui qui fait probablement le plus râler mon cher et tendre est certainement mon côté bordélique (en même temps, il aime que chaque chose soit exactement à sa place… Mais ça va, on vit cette différence plutôt bien en général…). Je peux entasser des affaires sur mon bureau ou ma table de chevet un petit moment avant de me décider à les ranger.

Il râle aussi parfois quand je me montre têtue. J’aime bien avoir raison et quand je pense que c’est le cas, je peux être assez entêtée…

Et le dernier, peut être le plus handicapant, je suis assez indécise. Disons surtout que j’ai du mal à me faire à certains changements et qu’il me faut donc assez longtemps parfois pour prendre des décisions, le temps de bien peser le pour et le contre. Une grosse dépense ? J’ai mis 5 ans à acheter l’appareil reflex qui me faisait envie. Emménager avec le chéri ? Il me le proposait depuis presque un an quand j’ai fini par accepter de quitter mon petit cocon pour rejoindre le sien. Et les exemples sont nombreux.

automne en 10 photos (6)

Fait n°9 : Je n’aime pas l’inconnu

Mon indécision est peut-être liée à cela. Je n’aime pas aller dans l’inconnu et j’ai besoin de tout planifier à l’avance, notamment pendant les vacances : j’aime savoir ce qu’on va faire, voir, où on va aller…. J’établis un planning de nos visites assez précis (et quand j’apprends à une semaine de notre départ en Corse qu’on va avoir pas mal de pluie alors qu’on a prévu que des sorties en extérieur, c’est un peu la panique à bord… J’essaie de lâcher prise en me disant qu’on verra ce qu’on fait sur place, en demandant conseil à nos hôtes par exemple, mais je pense que je vais chercher de nouvelles idées dans les trois derniers jours qu’il me reste avant notre départ…)

Fait n°10 : Je suis une bonne collègue (enfin j’essaie !)

Mon travail consiste à préparer celui des autres. Pour que mes collègues puissent réaliser leurs tâches, il faut que je prépare en amont tout ce dont ils ont besoin en terme de matériel, mais aussi en terme d’organisation (deux collègues au même endroit, au même moment, ça ne fonctionne pas et c’est à moi de les placer au mieux pour que tout aille bien par exemple). Je fais donc en sorte que chacun ait ce dont il a besoin au moment où il en a besoin. J’essaie aussi de me rendre disponible dès qu’ils m’en font la demande, et j’ai cru comprendre qu’ils en étaient plutôt ravis.

Par ailleurs, nous évoluons dans un établissement qui me fait penser à une micro-société : des ententes, des embrouilles, des tensions, des différences ressenties par ceux qui ont un statut moins « élevé » que les autres (les guillemets sont essentiels, pour moi, il n’y a pas de personnes plus importantes que d’autres, chacun à sa place et son rôle à tenir pour que l’établissement fonctionne…)… En ce qui me concerne, j’essaie au maximum de ne pas me mêler des histoires des autres, de parler un peu avec tout le monde, quelque soit leur « position ». Je n’apprécie pas forcément tout le monde, je ne connais pas non plus absolument tous le personnel, mais je fais en sorte de travailler dans l’ambiance la plus détendue possible en faisant fi des tensions.

 

paysage hivernal lors d'une balade en raquettes

Aviez-vous imaginé ces traits de caractère me concernant ? Vous retrouvez-vous dans certains d’entre eux ?

 

J’en profite pour vous dire que nous partons en vacances pendant les deux prochaines semaines. Je n’ai pas encore eu le temps de programmer d’articles pour les quinze prochains jours, ne soyez donc pas surpris si vous n’avez pas de nouvelles à ce moment là.

5 réflexions sur “10 choses sur moi

  1. Nina dit :

    Coucou Amandine, on te connaît un peu + grâce à ces petites précisions, et ton côté gentille , je l’ai bien remarqué.
    Pour répondre à ta 1ere question, la cap de la quarantaine a été très difficile… je me suis sentie tellement vieille, et pour combler le tout, j’ai repéré mon 1er cheveu blanc ce jour-même… je ne te raconte pas comment j’étais le jour de mes 40 ans et plusieurs semaines/mois après…
    Bisous et caresses à Neyko

    J'aime

    • Amande Honorable dit :

      Mon premier cheveu blanc, je l’ai repéré vers 25 ans 😢. Mais heureusement que depuis, il n’y en a pas beaucoup plus qui sont apparus ! Et puis je relativise en me disant que c’est de famille (mon oncle était tout blanc à 40 ans, mon père vers 50…. mais j’aurais préféré prendre de ma mère qui à 60 ans passés ne grisonne que des tempes !), et en me disant que dans mes connaissances, certaines personnes avaient de nombreux cheveux blancs au début de la vingtaine !
      Bisous (Neyko te remercie pour les caresses et te fait une petite léchouille en échange 😘)

      J'aime

  2. Justine dit :

    Coucou 🙂
    Je réponds au fur et à mesure de ma lecture. Par rapport au numéro 1, je viens de passer le cap des 25 ans et c’est pas facile, effectivement. Beaucoup d’émotions qui se bousculent, je crois que le fait de me dire : « Bon là tu commences à être une vraie adulte, ma grande », ça me terrifie… Mais bon, je serai toujours une grande enfant 😀
    Apprendre à lire toute seule, woua, c’est carrément la classe 😀
    Je suis exactement comme toi, effacée parce que pas à l’aise. Il faut m’apprivoiser (et ça prend beaaaaucoup de temps) et là, comme toi aussi, je parle, je parle, je parle ahah
    Je suis ravie d’en savoir plus sur toi et je pense qu’on se ressemble pas mal, ça ne m’étonne pas. J’espère que tu feras d’autres articles de ce genre pour en savoir encore plus 🙂
    Bisous ♡

    J'aime

    • Amande Honorable dit :

      Coucou,
      Je crois que les 30 ans m’ont moins affectée que les 25 (pourtant, dans mon entourage, il y en a plusieurs qui m’ont dit que le cap des 30 était compliqué (tu n’est plus dans la vingtaine, donc plus dans les « jeunes »….))
      Effectivement, on a quelques points communs de ce que je vois.
      Je vais essayer à l’avenir de refaire un article de ce genre, mais il va falloir que je réfléchisse pour trouver quelles anecdotes je pourrai partager !
      Bisous

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s